Synthèse des alternatives agricoles à l'arrachage de la vigne en LR

A l’issue de la campagne 2007/2008, près de 31 000 hectares de vignes ont été arrachés dans le cadre de la Prime d’Abandon Définitif.

Le phénomène pourrait s’amplifier à partir de la campagne 2008/2009 avec la mise en œuvre de la réforme de l’OCM viticole et du dispositif de pré-retraite.
A terme près de 70 000 hectares pourraient être arrachés. Afin d’apporter une réponse aux enjeux de l’arrachage viticole, la Région Languedoc-Roussillon a mis en place, depuis juillet 2007, un programme régional d’accompagnement de la restructuration de l’espace viticole suite aux arrachages, en partenariat avec les Départements concernés (Aude, Gard, Hérault, Pyrénées-Orientales).

En effet, l’arrachage représente un risque fort de déstructurer le potentiel de production de la viticulture régionale et de réduire les efforts réalisés depuis 15 ans pour améliorer la qualité des vins. Par ailleurs, l’arrachage génère des friches à grande échelle posant la question de l’aménagement et de la gestion des territoires concernés.

Ce programme régional est inscrit dans le Contrat de Projet Etat-Région et dans le Document Régional de Développement Rural pour la période 2007-2013. Il se décline en deux axes d’intervention privilégiés : 

- D’une part, la préservation du potentiel de production du vignoble : il s’agit d’accompagner les projets fonciers des structures économiques, caves coopératives notamment, qui visent à préserver de l’arrachage les parcelles viticoles ayant un potentiel de production au niveau du terroir et/ou du cépage. L’objectif est de favoriser une mobilisation et une restructuration foncière ciblée en fonction des objectifs économiques et commerciaux des structures,

- D’autre part, la reconversion agricole des parcelles après arrachage : il s’agit d’accompagner les projets de territoires portés par les groupements de collectivités favorisant la reconversion des parcelles arrachées. L’objectif est de restructurer le foncier pour permettre le développement de cultures agricoles alternatives à la vigne sur les parcelles issues de l’arrachage, ou selon les enjeux locaux, une reconversion environnementale.

Afin de concourir à la mise en œuvre de son dispositif, la Région a souhaité engager la réalisation d’une synthèse sur les productions agricoles pouvant représenter une alternative à l’arrachage viticole dans la région. Dans le cadre d’un marché public lancé en août 2007, cette mission a été confiée au groupe projet des Chambres d’Agriculture du Languedoc-Roussillon, en partenariat avec la SAFER Languedoc-Roussillon et Sup’Agro.

L’objectif de cette étude est de proposer une synthèse des points forts et des points faibles des différentes productions alternatives à la vigne et de repérer les contraintes à leur développement sur le territoire régional. Cette synthèse constitue une aide à la décision, mise à disposition des organisations professionnelles agricoles et des agriculteurs qui se posent la question d’une reconversion pour leurs parcelles viticoles arrachées, ainsi qu’aux territoires (Communautés de Communes, Communautés d’Agglomération, Pays, Parcs Naturels Régionaux) porteurs d’un projet d’aménagement et de gestion des espaces issus de l’arrachage.

Le document comporte trois parties :
- Une analyse cartographique de l’arrachage viticole depuis la campagne d’arrachage 2003/2004. Cette analyse se traduit par différentes cartes permettant de visualiser l’intensité de l’arrachage dans la région,
- Une synthèse des productions agricoles alternatives à la vigne réalisée à partir des études existantes (productions bien représentées en région, productions peu implantées, les productions nouvelles). Chaque production est présentée dans une fiche synthétique apportant des éléments sur les contraintes techniques et agronomiques liées au développement de la culture, la structuration du marché, la faisabilité économique et l’impact environnemental,
- Une synthèse cartographique des contraintes de développement des productions par type de grands terroirs viticoles. Il s’agit à partir d’une vision pédagogique par la négative d’identifier les productions ne pouvant pas être développées par grands terroirs viticoles, sans enfermer un territoire dans un choix donné.

Pour chacune de ces parties, les modalités de réalisation sont clairement explicitées. Celles-ci sont, par ailleurs, rappelées en fin de document (cf. rubrique sur les personnes ressources) La réalisation a été suivie par un comité de pilotage composé de représentants de la Région, des Départements, de l’Etat, des filières professionnelles agricoles, des organisations professionnelles agricoles et syndicats agricoles. La mission s’est déroulée de janvier à septembre 2008.

Cette synthèse propose des éléments de réponse quant à la mise en place de productions alternatives à la vigne sur les parcelles arrachées. L’accent est mis sur les productions susceptibles de re-valoriser le maximum des surfaces arrachées dans le cadre d’un usage agricole. La problématique est donc abordée au travers des productions végétales dont les cultures fourragères. L’élevage est également abordé à travers le développement d’un petit atelier d’élevage (volailles plein air et label).

Dans cette synthèse, l’impact de la mise en place de nouvelles productions n’est traité ni sur l’exploitation agricole, ni sur le territoire ou l’économie régionale. Par ailleurs, l’échelle de la synthèse est régionale ce qui donne de premières orientations. Celles-ci doivent cependant être impérativement complétées sur le plan local, en affinant les éléments présentés et en y ajoutant des éléments nouveaux (aires de collecte des opérateurs économiques, données locales sur l’irrigation etc..).

Cette synthèse est donc un premier outil. Elle n’a pas vocation à remplacer les besoins de formation. Elle n’a pas non plus vocation à substituer les conseils techniques et l’appui de conseillers ayant une approche de l’aménagement du territoire et de projet d’exploitation. Il s’agit d’un document d’information non exhaustif, d’une première lecture du champ des possibles qu’il est essentiel d’approfondir. Cette synthèse est une première étape. Pour aller plus loin, il est nécessaire de solliciter les organismes et personnes ressources listées dans le document.

Mentions légales | Contacts |  Plan du site |  Coordonnées    |  RSS